Porte attention à ce que tu as déjà

$frontmatter.imageAlt

Ma plus grande force est ma perspective et ma vision de la vie.

Comment est-ce que je fais pour être heureux? Une partie de ma recette est en me comparant continuellement aux autres.

C’est vraiment populaire de conseiller aux gens d’arrêter de se comparer ou de juger ou de discriminer, etc. Je trouve ce conseil complètement ridicule, parce qu’on va toujours se comparer.

La conversation qu’on devrait avoir devrait tourner autour de ce qu’on fait avec les résultats des comparaisons et des jugements.

Exemple: On se compare et vous êtes meilleur•e•s que moi à écrire? D’accord, qu’est-ce qu’on fait avec cette information? Il y a des gens qui boudent, qui sont en colères, qui sont tristes, qui vont même jusqu’à être déprimés, à cause d’une telle comparaison. Pour moi, c’est clair que ça veut dire que je peux apprendre de vous, que vous ayez la volonté de transmettre vos connaissances ou pas. Votre volonté n’a rien à voir avec votre potentiel de pouvoir m’enrichir, mais ça m’informe qu’il y a un autre niveau que je peux atteindre. Que j’aie envie de l’atteindre ou non, c’est personnel, mais le niveau existe.

Cet exemple vous révèle une petite portion de mon cerveau; petite, mais dominante par rapport à ma manière de voir les choses.

Ça contribue énormément au fait que je m’en fous de pratiquement tout avec une intensité assez élevée.

Je vie au Canada, j’ai un emploi, je peux me permettre un toit, du transport, de la nourriture et du loisir. Si je suis malade au point de devoir aller à une clinique ou à l’urgence, la consultation est gratuite. C’est une belle vie.

En plus, je peux sortir, m’alcooliser, voyager, etc. C’est plus qu’une belle vie, c’est le fucking paradis.

Avec cette perspective, c’est excessivement facile d’être heureux.